Les styles pisan et florentin

francese Les deux styles les plus populaires de datation selon le calcul de l’incarnation sont ceux appelés “pisan” et “florentin”, non pas parce qu’ils ont été développés dans les deux villes, mais parce qu’ils ont été utilisés préférentiellement par les notaires de chacune d’elles dans la période de l’autonomie communale.

Les deux styles font débuter l’année le 25 Mars, en avance sur l’année courante dans le Pisan et en retard dans le Florentin. Ainsi, un document daté anno Dominice Incarnationis MCXXVII, die Kalendarum octubris élaboré à Pise devrait être daté du 1er Octobre 1126 et à Florence du 1er Octobre 1127.

Mais depuis quand et jusqu’à quand? Et où utilise-t-on en Europe l’un ou l’autre style et à quelle époque? En Italie, les premiers exemples semblent venir de Lucques (Lucca) en 925 et de Pise en 986, mais il faut dire que tout au long du XIe siècle et encore au début du XIIe à Pise on utilise le style de l’incarnation et celui de la nativité. Seulement en 1139 le calcul est définie comme mos Pisanus en opposition au calcul florentin [1]. Dans tous les cas, l’utilisation est également attestée ailleurs, selon Adriano Cappelli, à Bobbio, Corneto (VT), Lucca, Padoue, Piombino, San Miniato al Tedesco [2].
Le style pisan, cependant, est également utilisé à Rome, entre la fin du XIe siècle et la première moitié du XIIe: plus rarement sous Alexandre II et Grégoire VII, plus populaire auprès d’Urbain II, Pascal II, Gélase II, Calixte II et Honorius II, 1088-1130 [3]. Etait beaucoup plus répandue en Italie et en Europe, le style connu comme “florentin”. Cependant, comme nous le verrons, en Provence il semble plus répandu dans le XIe siècle un troisième style, appelé «vulgaire», à côté du «pisan».
[1] Gianbattista Picotti, ‘Osservazione sulla datazione dei documenti privati pisani nell’alto medioevo’, Bollettino Storico Pisano, XXXIII-XXXV (1966 1964), pp. 3–80.
[2] Adriano Cappelli, Cronologia, cronografia e calendario perpetuo, (Hoepli, 1998)
[3] Charles Higounet, ‘Le style pisan, son emploi, sa diffusion géographique’, Le Moyen Age, (1952), pp. 31–42.


Enrica Salvatori

Vedere Crediti Voir Crédits

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.