Conclusions

franceseNotre longue digression sur la datations des parchemins de la Provence et de Marseille a jeté un nouvel éclairage sur la façon dont la mesure du temps etait perçue par les protagonistes de l’époque et utilisée pour  les activités économiques, financiers et institutionnels.
L’importance et la propagation du style pisan en Provence, déjà supposée par Charles Higounet, a certe été confirmée: j’ai  montré que ce style eut une importance considérable pendant l’XIe siècle, non seulement dans les actes rédigés  par volonté du monastère de Saint-Victor, mais aussi dans ceux du comte de Provence et de l’archevêque d’Arles. Ce ca, à mon avis devrait inciter les chercheurs du Midi médiéval à entreprendre avec courage un examen de la documentation locale  entre Xe et XIIIe siècle, pour mettre en évidence coutumes,  habitudes, variations, passages  et influences dans la pratique documentaire.

L’analyse sur Marseille a révélé:

  1. Pour l’XIe  siècle une grande richesse des actes sans aucune notation chronologique, ce qui diminua avec la croissance de Marseille comme  centre commercial; les actes datés montrent une nette prédominance de l’incarnation vulgaire, avec des groupes importants de documents en style pisan, concentrées dans périodes de temps limitées.
  2. A partir des années 1160 le style pisan s’imposa comme un moyen de datation “de la ville” en rapport  avec la création du consulat et du notaire municipal, et peut-être aussi par rapport à l’ influence que Pise avait dans le golfe du Lion en la première moitié du siècle.
  3. Un dernier changement drastique eut lieu au cours de 1223 de style pisan au style florentin, probablement en correspondance avec des changements institutionnels et l’instabilité politique interne.

Les changements résumées ici expliquent en partie la raison pour laquelle les savants du passé, qui ont travaillé sur la Provence médiévale et sur  Marseille , n’ont pas réussi à localiser avec précision les événements et ont  souvent incompris des passages importants de l’histoire institutionnelle de la ville et de la région. L’origine de l’erreur peut être reconnu, toutefois, également dans des préjugés  historiographiques: par exemple, supposer à tort le style pisan comme originaire de Pise et de la Toscane (hypothèse habilement réfutée par Charles Higounet), ou ne pas considérer que le processus de construction d’une ville autonome – non seulement à Marseille, mais aussi dans plusieurs autres villes du Midi – eut phases et phénomènes tout à fait comparables à ceux qui se produisèrent dans les communes italiennes, y compris donc la définition d’une “datation” de la ville dans la pratique documentaire. Enfin, dans la solution proposée par Bénoit d’une utilisation généralisée de l’indiction génoise on voit  la conviction érronée d’ une plus grande influence de la ville ligurienne par rapport à la ville toscane dans les affaires et dans la vie provençale du Moyen Age.

Compte tenu de ce qui j’ai écrit, je crois plutôt que il faut relire la documentation de Marseille avec des yeux nouveaux, datant avec prudence, mais aussi avec une plus grande prise de conscience, les nombreux parchemins “incontrôlables”, c’est à dire sans indication chronologique vérifiable, surtout si ceux-ci sont de la période 1165-1223. Précisément le temps qui a vu la naissance du consulat, de la Confrérie du Saint-Esprit et enfin du Podestat: il faut  donc exminer les relations entre les événements locaux, méditerranéens et  européens avec les changements institutionnels  et les poussées profondes de la vie sociale et économique, dans une relation étroite entre l’événement et la mentalité qui doit être examiné dans son ensemble.


Enrica Salvatori

Vedere Crediti Voir Crédits

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *