Marseille en 1223

francese

 

  1. Geoffroi Reforciat n’était pas un podestat que ce soit. Attesté rarement (au-delà de Février 1223, il est dans deux  actes de Janvier 1224 [1]) non seulement il est la seule exception à la série de podestats italiens de Marseille, mais il est aussi le fils d’un des vicomtes, Raimond-Geoffrey de Trets [2].
  2. À l’hiver 1222-1223 l’évêque de Marseille dut réagir à la révolte d’une partie de ses citoyens, résidents dans la ville haute [3], qui se associèrent pour échapper à sa juridiction. Ils formèrent un universitas et choisirent des consuls  (Petrus Boniaudus, Fulco de Nercio, Iohannes de Bucco, Robertus de Vienna) et un podestat (Ricavus), établirent un propre notaire (Guillelmus Arnaldi [4]), juges et  commissaires, c’est à dire une véritable administration indépendante. Selon les actes,  la révolte avait déjà terminé en Janvier 1223 avec la reddition des consuls et la sentence de l’évêque [5], cependant, il est possible qu’il y ait eu des conséquences, en donnant que le prélat se hâta de prendre la confirmation impériale de ses privilèges en Février 1223[6] et que en mai 1223 Marseille etait toujours frappée par l’excommunication et l’interdit, même si nous ne connaissons pas la motivation [7]. Même sans sources claires, il est très probable que ce soulèvement fut soutenu par la classe dirigeante de la ville basse[8], peut-être – mais ce n’est qu’une hypothèse – en appelant au gouvernement un vicomte [9].
  3. Pendant le 1223 il-y-a un différend juridique entre la ville de Marseille et le monastère de Saint-Victor concernant l’héritage  du vicomte Roncelin pour une partie de la seigneurie. Post multas altercationes et verba et après la réaction du pape Honorius IIIe, on arriva à un accord, où Geoffroi Reforciat fut le protagoniste [10] .
  4. Il ya une source douteuse, selon la quelle  la ville ne  apprécia pas ce podestat-vicomte. Antoine de Ruffi le raconte dans son Histoire de la ville de Marseille (1696), avertissant que en 1223 les gens de Marseille solennellement délibérèrent de ne pas donner aucune fonction publique aux descendants des vicomtes [11]. Même si la résolution originaire n’a pas été trouvée et Bourrilly ne croit  pas que elle soit  en relation avec le podestat Geoffroi-Reforciat, il s’agit d’une indication  à prendre en considération [12].
  5. Le podestat Geoffroi-Reforciat termina avant le 15 mai 1224, quand est en charge Spinus de Soresina, ex-podestat Lombard de Gênes, qui avait fait prisonnier le premier podestat Carlevarius et qu’il avait terminé son mandat dans la ville ligure le 1er Février de cette année. Tous ses actes sont rédigés an  style florentin.

Bien que nous ne pouvons pas encore prouver que la décision de changer le système de datation à  Marseille fut le résultat d’une décision du podestat-vicomte Geoffroi Reforciat, cependant nous devons remarquer que ce changement dans la rédaction des actes arriva pendant une année extrêmement agitée pour les institutions de Marseille, où à nouveau combattirent les uns contre les autres la ville (la commune), le monastère de Saint-Victor et l’évêque. Le changement de datation fut adopté sans hésitation  dans la pratique documentaire par tous les notaires publics de Marseille. On passa ensuite par une mesure du temps à un autre en douceur, sans problèmes. Le changement ne devrait pas avoir été particulièrement malvenue, en effet; il est probable qu’il fut au contraire immédiatement perçu comme plus fonctionnel pour les activités commerciales. Le valeur identitaire  du système de datation  était donc nettement moins important par raport à la fonctionnalité.

[1] 1224 gennaio 25, Raimondus Berengarius IV, comte et marquis de Provence,  confirma à Geoffroy Reforciat, l’achat de Hyères et de Brégançon fait en 1222 par Carlevarius de Ozano  (Archives Municipales de Marseille, AA 36 e Bénoit, op. cit., n. 73, p. 171); le 28 Janvier  les seigneurs de Fos et Hyères approuvent la vente (Archives Municipales de Marseille, AA15-7).

[2] Bourrilly, op. cit., p. 83. Le père Raimond-Geoffroi avait peu d’intérêt à la seigneurie de la ville: il vivait dans le domaine de Trets en favorisabt la stratégie de la Confrérie du Saint-Esprit dans l’acquisition de la seigneurie de la ville.

[3] Bourrilly, op. cit., pp. 100-101.

[4] Pauvrement attesté comme notaire: il est  seul dans un document daté  21 mai 1229 (Archivio di Stato di Genova, Archivio segreto, Materie politiche, mazzo 3; Portal, op. cit., V). Cependant, il peut avoir été en 1214 vicaire du vicomte Giraud-Adhémar (Archives départementales des Bouches-du-Rhône 6 G 438, Livre Jaune, f. 10v.).

[5] Archives départementales des Bouches-du-Rhône 6 G 10 (55 e 56); Guérard, op. cit., n. 1120.

[6] Jean Louis Alphonse Huillard-Bréholles (éd.), Historia diplomatica Friderici Secundi, II, Parisiis, Plon, 1852, pp. 299-303

[7] Archives départementales des Bouches-du-Rhôn, 6 G 10 (51-1)

[8] Ricavus avait peut-être été recteur de la Confrérie en 1215 (Bourrilly, op. cit., pièces justificatives, n. XIX) et plus tard a été maire de le podestat en 1225 et 1226 (Bourrilly, op. cit., pp. 100-101).

[9] Comme cela s’est produit à la fin du XIIe siècle avec le vicomte Roncelin.

[10] Il est malheureusement juste le document où il est attesté  pour la première fois en Février 1223 et qui  n’est pas facile à lire.

[11] Antoine de Ruffi, Histoire de la ville de Marseille contenant tout ce qui s’est passé de plus mémorable depuis sa fondation, 2ème édition, Marseille, Henri Martel, 1696, t. I, p. 106.

[12] Bourrilly p. 86


Enrica Salvatori

Vedere Crediti Voir Crédits

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *