L’histoire de Marchisio

franceseC’est  Marchisius qui nous dit la fin du gouvernement de Carlevarius, mais son hisoire  est incompatible avec  un document de Marseille de l’époque.
Voyons d’abord l’histoire de l’annaliste, qui participa de personne aux événements: un marchand génois, Rainaldus Arcantus, qui voyageait pour le Seid de Tunis en Espagne fut contraint à changer de cap et à réparer le navire dans port de Marseille. Ici, au bout de quelques jours, il fut emprisonné sur ordre du podestat – Carlevarius de Ozano  – alors que les biens furent saisis. Le podestat de Gênes, Spinus de Soresina, envoya une délégation à Marseille – y compris Marchisius lui même  – mais la mission échoua en raison de l’intransigeance du podestat, qui non seulement refusa de remettre Rainaldus, mais empêcha même les marins du navire à partir du territoire de la municipalité par voie terrestre et à retourner dans leur patrie. En représailles, deux navires de Vintimille, prés de Tunis,  prirent possession d’un navire envoyé par Marseille au Seid, mais la question ne fut pas encore résolue. Pendant ce temps Carlevarius de Ozano, qui selon Marchisius avait fini le temps de sa longue carrière, eut la malheureuse idée d’aller à Albenga, où il tomba dans les mains des Génois. Il fut libéré grâce à l’intervention diplomatique de Milan et Marseille décida de apaiser la discorde avec Gênes non seulement en libérant Rainaldus, mais aussi en lui dédommageant [1].

A Gênes  le podestat et les consuls entraient en fonction le jour de la purification, Février 2 [2]. Le second mandat du podestat Spinus de Soresina, au cours de laquelle  Marchisius dit que Carlevarius Ozano etait toujours en charge, fut donc du 2 Février 1223 au 1 Février 1224, mais nous ne savons pas exactement quand arriva l’incident diplomatique avec Gênes ou qand la mission de Marchisius fut réalisé, et donc nous ne pouvons pas placer avec précision  la fin du mandat de Carlevarius [3].

Le problème est la première attestation du successeur, Geoffroy Reforciat, de 14 Février 1223, donnée par un document rédigé en style pisan, confirmé en Juillet 1224 par un acte en style florentin [4].
Est il possible que le passage de pouvoir eut lieu juste en Février 1223? Dans le document de 14 Février 1223 – une copie authentique d’une copie authentique – il ya des éléments internes qui indiquent comme possible un erreur d’écriture de la date, qui pourrait alors être Février 1224 [5]. Nous ne pouvons aujourd’hui résoudre le problème avec certitude, mais certaines indications nous disent que l’hiver de 1223 fut assez troublé pour Marseille et  pourrait effectivement avoir conduit à une conjoncture institutionnelle importante et donc aussi à un changement dans le système de datation de la ville. Compte tenu de la vitesse et de la netteté de la transition entre le style de Pise et style de Florence, acceptée et mise en œuvre immédiatement par tous les notaires publics à Marseille, nous devons en fait considérer que cela fut dûe à une décision de nature institutionnelle.

[1] Michel Balard, «Guglielmo di Bulgaro», Dizionario Biografico degli Italiani 15 (1972), http://www.treccani.it/enciclopedia/guglielmo-di-bulgaro_%28Dizionario-Biografico%29/.

[2] Je remercie  Marta Calleri pour les informations.

[3] L’incertitude sur la date est plus que légitime: le récit du deuxième gouvernement de Spinus Soresina par Marchisio pourrait concerner la conclusion d’un incident diplomatique qui etait commencé au cours de la première législature, donc en 1222.

[4] Guérard, op. cit., n. 924; dans le tableau  id. XIII02014 (répété deux fois).

[5] L’erreur porrait être dans l’indiction qui pourrait être XIIe et non XIe  et donc placer le document à  Février 1224;  le contenu concerne l’accord entre la ville et le monastère de Saint-Victor sur l’héritage de Roncelin, qui etait encore contesté dans une bulle d’Honorius III en Juillet 1223 (Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 1 H 108 – 530bis). Cependant dans le document on voit agir comme maire Petrus Betrandus, alors qu’en Janvier 1224 sont dénommés “maires” Augerius de Mari et Isarnus Calveri (Archives Municipales de Marseille, AA 15-7) . En substance, le contenu du document pourrait suggérer la datation en 1224, alors que la formule de la datatio et le nom du maire font penser à 1223.


Enrica Salvatori

Vedere Crediti Voir Crédits

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *