Le tournant de 1223

francese

 Comme mentionné précédemment, tous les documents vérifiables de Marseille dans les deux premières décennies du XIIIe siècle sont datés dans le style pisan, ce qui prouve que même les autres actes de la même période le sont aussi, ce qui était devenue une caractéristique de la documentation de Marseille [1]. Le graphique, cependant, montre aussi clairement que dans les premières années 1220 il y eu un nouveau changement, plus abrupt et net par rapport ce qui est advenu dans les années 1160: en une année, le style Pisan laissa la place au style florentin, apparemment sans incertitude ni hésitation. Bien que d’autres données viendront d’une analyse systématique des documents d’archives de Marseille entre 1222 et 1225, l’échantillon considéré indique 1223 comme l’année du changement, probablement en relation avec le passage au gouvernement du podestat lombard Carlevarius de Ozano au podestat local Geoffroy Reforciat. Le dernier document de Marseille daté en style pisan l’est du 14 février 1223 ; quatre mois plus tard, le 17 juin 1223 [2], le premier acte en style florentin ouvre la voie à une série absolument homogène de documents datés avec ce dernier modèle, qui est resté stable tout au long du XIIIe siècle[3], Compte tenu du brusque changement de direction, on voit que les notaires, à la fin de 1223, datent les documents en utilisant un style d’abord, puis l’autre [4] ensuite. Nous avons deux actes dans lesquels les deux styles sont utilisés simultanément [5 ].

XIII
[1] Je n’ai pas fait l’examen systématique de tous les actes de Marseille dans la première moitié du XIIIe siècle, l’échantillon (140 documents) est représentatif et les données sont homogènes et claires. Ils laissent peu de place au doute. Voir, cependant, le tableau.
[2] Voir le tableau nn. XIII02014 et XIII02011. Le premier document, cependant, pose des problèmes de datation, qui seront examinés.
[3] L’analyse de la période 1240-1299 n’est pas systématique, mais de nombreux documents ont confirmé la persistance du style florentin, même après l’avènement de Charles d’Anjou.
[4] Bertrandus Fossigena (tableau nn. XIII02004 et XIII02012), Rostagnus Paynus (nn. XIII02010 et XIII02036) et Guillelmus de Bellomonte (nn. XIII02035 et XIII02016).
[5] Tableau nn. XIII02036 et XIII02037.


Enrica Salvatori

Vedere Crediti Voir Crédits

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *