Le moment du changement

francese
Bien qu’il soit évidemment impossible d’indiquer un moment précis à partir duquel le style pisan s’impose sur l’autre, un tournant a pu être identifié dans les événements qui portèrent l’évêque et les vicomtes à dessiner deux sphères distinctes d’influence au travers de la tentative épiscopale de créer un domaine sur la ville haute distincte du reste de l’espace urbain [1]. Les principaux documents qui attestent de ce processus sont au nombre de trois:

  1. Le premier date du 21 janvier 1164 et a été rédigé par un prêtre d’Arles à Marseille: un certain nombre de témoins jurent sur les droits de l’évêque devant l’archevêque d’Arles et l’évêque de Carpentras. La déposition a été faite anno ab incarnatione Domini MCLXIIII, XII kalendas Februarii, luna XXIIII, epacta XXV, Frederico imperante, Alexandro papa III Romane ecclesie presidente: année, épacte et lune attestent l’utilisation soit du style pisan, soit de l’Incarnation vulgaire.
  2. Le second est le diplôme impérial de 17 Avril 1164 lorsque Frédéric Barberousse confirme les droits de l’évêque de Marseille et en particulier la civitatem episcopalem de Massilia [2].
  3. En troisième lieu, nous avons la décision rendue par les arbitres le 17 octobre 1164, qui prévoit la création de la ville épiscopale et les procédures pour régler les conflits futurs entre les évêques et les vicomtes. Le document est écrit à Arles probablement par le même prêtre de l’inquisitio – Petrus de Suza [3] – sans doute dans le style pisan. Ceci nous amène à penser que le premier document a également adopté une telle datation: anno ab incarnatione Domini MCLXV, XVI kalendas Novembris, luna XXVII, epacta VI, Alexandro papa III Romane ecclesie presidente, Frederico imperante.

Après cette date, tenue à part une seule exception, nous trouvons, à Marseille tous les documents datés dans le style pisan. Malheureusement, pour la deuxième moitié du XII siècle – très peu sont vérifiables: trois au nom de l’évêque, trois pour le monastère de Saint-Victor (dont un par la volonté du roi d’Aragon et marquis de Provence aux mains de son scribe), trois pour les vicomtes et enfin une vente à la curia consolum rédigé par un notaire de la ville [4]. Nous ne suggérerions pas, même si nous le souhaiterions d’une certaine façon, que la diffusion du style pisan aurait coïncidé avec la création d’une sphère définie de pouvoir autonome par l’évêque, avec, peut-être, l’influence des pratiques documentaires importantes adoptées par l’archevêque d’Arles; mais nous pensons qu’il faudrait, sans le moindre doute, faire une nouvelle analyse de la documentation arlésienne au XIIe siècle.
La seule information connue reste qu’à partir de 1164 les documents de Marseille – sur lesquels il est possible de vérifier le style de datation – utilisent le style de Pise et que cette caractéristique est restée stable – comme nous allons le voir – jusqu’en 1223.
[1] Enrica Salvatori, «Identité et société urbaine à Marseille entre Consuls, Confrérie et Commune», P. Gilli et E. Salvatori (éds.), Autonomie et identités urbaines dans le Midi de la France au Moyen ge, sous presse Brepols Publishers.
[2] Heinrich Appelt, Friderici I Diplomata inde ab a. MCLII usque ad a. MCLVII, Hannoverae, 1975 (Monumenta Germaniae Historica, Diplomata, X, 1), n. 437.
[3] Dans le premier document, l’écrivain est Petrus de Suza clericus; dans le deuxième Petrus, clericus Arelatensis. Un troisième document est rédigé à Marseille par Petrus de Seuza pour l’évêque contient des erreurs dans la datation: anno ab incarnatione Domini MCLXVI, VI kalendas Marcii, epacta VIIII, luna II, Frederico imperante, où la lune coïnciderait avec le 24 février 1167, mais avait épacte XXVIII. Si l’année était en fait le 1167 nous aurions le seul exemple d’un document daté en style florentin du XIIe siècle, Voir Albanès et Chevalier (éds.), Gallia christiana, cit., II, n° 169 col. 86.
[4] On voit le tableau. En 1186 on trouve Bernardus de Portali dominorum Massilie notarius (Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 61H1-4), dit publicus notarius dans en document de 1188-1189 (Archives Municipales de Marseille, GG 3-2, cit. Victor-Louis Bourrilly, «Essai sur l’histoire politique de la Commune de Marseille des origines à la victoire de Charles d’Anjou (1264). Pièces justificatives», Annales de la Faculté des Lettres d’Aix, XII/1-4, 1919-1920, pp. 1 – 240, XIII/2-4, 1921-1922, pp. 23 – 308., en particulier XII/1-4, p. 4).


Enrica Salvatori

Vedere Crediti Voir Crédits

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *