Les raisons du changement

francese

Pourquoi le système de datation en style pisan a-t-il été adopté à Marseille en tant que “style de la ville”?

Dans les années 1160, quand  le changement mûrit, le delta du Rhône est devenu le terrain d’un âpre conflit entre Gênes et Pise. Certaines sources suggèrent que, dans la première moitié du siècle, c’était Pise et non Gênes qui avait les intérêts commerciaux les plus forts en Provence et en Languedoc, et que Pise mit en oeuvre une stratégie pour faire face à l’expansion vers l’ouest de Gênes – stratégie qui mena à une guerre féroce entre les deux villes, qui s’est déroulée précisément dans le Golfe du Lion et l’arrière-pays immédiat [1].

Cela ne signifie pas que Marseille a choisi le style pisan pour la proximité ou la sujétion commerciale à Pise. Au contraire, je crois plus plausible que la ville se soit rendue à la nécessité d’avoir un style unique et propre pour la datation sous l’influence des mêmes forces qui ont mené de nombreuses autres villes du royaume d’Italie à faire un choix identique. L’essor des activités commerciales, la formation d’une classe dirigeante urbaine de plus en plus consciente de sa force (les consuls sont attestés en 1178) et la naissance de notaires publics de la ville, voilà les forces qui conduisent à la disparition progressive des documents non datés (ou dotés d’une date imprécise) et font de plus surgir la nécessité d’avoir un système de datation propre, distinctif de la ville.

Dans la seconde moitié du XIIe siècle, Marseille était non seulement un port très dynamique, mais aussi desormais un centre du commerce européen pour les échanges de marchandises entre la Méditerranée et le centre-nord de la France, un endroit qui était fréquenté par les marchands étrangers et les changeurs, et peuplé de notaires pour la préparation des commenda et des sociétés de mer. Dans ce contexte, la présence de différents styles de datation, en partie justifiée et compréhensible au XIe siècle, est donc totalement inacceptable au siècle suivant lorsque l’uniformité dans le calcul du temps «est d’une grande importance à la fois pour les institutions municipales naissantes et pour la nouvelle réalité économique et commerciale qui se développe»[2]. Attilio Bartoli Langeli affirme que : «la tâche de la documentation est de répondre à des besoins spécifiques, inhérentes à chaque corps social fondé sur la loi (…). Donc chaque société historique a produit une catégorie d’écrivains spécialisés et les formes de documentation qui étaient utiles et nécessaires, en utilisant les moyens humains, institutionnels, et culturels dont elle disposait»[3]. L’utilisation du style pisan de l’incarnation à Marseille doit alors être attribuée, comme dans d’autres cas, au processus de création d’une identité de la ville lié à sa formation et à son renforcement, et surtout aux processus documentaires qui devaient répondre aux besoins d’une nouvelle société. Entre les deux systèmes de datation les plus couramment utilisés, le style pisan et celui de l’incarnation vulgaire, Marseille a choisi le premier peut-être aussi pour l’influence que Pise exerçait sur la ville et son monastère dans la première moitié du XIIe siècle, plus importante que celle de Gênes.


[1] Enrica Salvatori, ‘Boni amici et vicini’. Le relazioni tra Pisa e le città della Francia meridionale dall’XI secolo agli inizi del XIV, Pisa, ETS, 2002, p. 43-65.

[2] Sentence accordée à la situation de Gênes mais à mon avis tout à fait convenable  pour dessiner la réalité de Marseille. Calleri, «Gli usi cronologici genovesi» cit.

[3] Attilio Bartoli Langeli, Notai. Scrivere documenti nell’Italia medievale, Roma, Viella, 2006, p. 12


Enrica Salvatori

Vedere Crediti Voir Crédits

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *