Le style pisan au XIe siècle

francese

Si on regarde le tableau reprenant les documents vérifiés, l’alternance entre le style de la tradition populaire et le style pisan n’est pas fortuite, mais en outre les actes en style pisan apparaissent comme des ensembles clairement dissociables dont la fréquence va croissant, en particulier entre le milieu du XIe siècle et le début des années 1070.

Quoiqu’il puisse sembler naturel d’associer ces ensembles à l’action d’un scribe particulier ou d’un groupe spécifique, les données ne permettent pas de formuler une telle hypothèse: en effet, on peut remarquer dans certains cas des changements significatifs dans les formules de datation utilisées par un même scribe.

Par exemple, le moine Durannus ou Durandus – aisément reconnaissable  car  son nom est toujours précédé par un monogramme –  combine parfois simplement l’année avec l’indiction  [1], ailleurs il donne une indication générale du règne  [2], dans autres cas le document fournit (dans l’escatocollo) une date complète à partir de laquelle nous pouvons vérifier l’utilisation du style pisan [3] ou  florentin / vulgaire [4]. Il est probable que la quantité et la qualité des données changeaient selon les exigences du commanditaire [5] .

Après les années 1070 on ne voit plus concentrations spécifiques de documents qui utilisent avec certitude le style pisan, mais seulement apparitions sporadiques. Cela pourrait être dû au fait que la majorité des documents présentent des formules qui ne peuvent être attribués avec certitude à un style particulier: il est donc possible que d’autres documents aient été préparés selon le style pisan, mais sans que nous ne puissions savoir combien. Ceci étant, et quoique utilisé, ce style n’était  pas le système de datation le plus populaire à Marseille au XIe siècle: en effet, les chiffres donnent à penser que le style vulgaire était le plus fréquemment adopté par les scribes au service du monastère de Saint-Victor, de l’évêque ou des vicomtes.

Il est également bon de noter que certains documents d’une certaine importance sont datés en utilisant le style “vulgaire” . Parmi les plus importants, celui attestant la première apparition, le 19 mai 1065, de l’abbé Bernard de Millau, célèbre figure de la Réforme, à qui succéda en 1079 son frère Richard, le futur archevêque de Narbonne (+ 1121) [6] .

Les données ne permettent pas non plus de voir une relation directe entre la présence des papes réformateurs dans le Midi (qui utilisaient le style pisan, à l’instar d’Urbain II et de Pascal II ), et l’émergence de ce style à Marseille. Urbain II, originaire de Châtillon-sur-Marne et moine à Cluny, retourna après son élection sur le sol français, quelque part entre entre 1095 et 1096, et adressa au monastère de Marseille deux actes datés de 1089 et de 1095  [7]. Un autre document indique, par ailleurs, que le pape Urbain II, de passage à Tarascon le 13 Septembre 1095,  a consacré une église construite près du château et qu’il l’a confirmé le droit du monastère de Saint-Victor sur cette église, à la demande de la contesse Stéphanie: la date qui commémore la consécration et cette confirmation – à laquelle assistait l’archevêque de Pise, Daibertus [8] –  est exprimée en pur style pisan, confirmée par l’année de pontificat d’Urbain II. Enfin, Pascal II confirma au monastère toutes ses dépendances dans une bulle datée  1113 en style pisan [9] .

On ne peux pas exclure que le choix réformiste adopté par le monastère de Saint-Victor de Marseille , après la mort de Grégoire VII , et en particulier sous Urbain II,  facilita l’émergence de ce style. Cette période est celle durant laquelle le monastère a tissé de solides liens (tant patrimoniaux que spirituels) avec Pise où le modus pisanum était désormais solidement répandu [10] . Toutefois, et en dépit de leur importance, ces actes et ces liens cités ne s’insèrent pas dans un groupe de documents datés de manière homogène et ne marquent le début d’aucune pratique stable. Il faut dire que  le style pisan est bien attesté dans la documentation de Marseille et ce dès avant la période grégorienne. Le changement apparaîtra plus tard, au cours du XIIe siècle, et de manière évidente.

[1] Facta donatio hec anno incarnationis dominice millesimo XXXV, indicione V, regnante Domino Christo (Guérard, op. cit., n. 752) où année et indiction ne correspondent pas.

[2] Facta donatio hec anno incarnationis dominice millesimo XXVIII, regnante Rodulfo rege Alammannorum sive Provincie (Giraud, Renault e Tock (éds.), Chartes originales, cit., n. 4005)

[3] Acta publice in monasterio sancti Victoris, idus octubris, die sanctorum apostolorum ecclesie consecrationis [..] anno ab incarnacione Domini millesimo XL indicione VIII, feria III (Guérard, op. cit., n. 769).

[4] Facta donatio hec anno incarnationis dominice millesimo XLII, indicione VIII. Acta publice apud Arelatem, in presencia domni Raimbaldi presulis atque Iosfredi marchionis Provincie et ceterorum nobilium, III feria, VIII kalendarum Iunii (Giraud, Renault e Tock (éds.), Chartes originales, cit., n. 4046, Guérard, op. cit., n. 375).

[5] A titre d’exemple se démarque ainsi le document que Durandus écrivit pour le donation au monastère de Saint-Victor fait à l’occasion d’un synode par Leodegarius, archevêque, sous la dictée de ce dernier: facta donatio haec elemosinaria, anno incarnationis Domini nostri Ihesu Christi millesimo XXXVI in die […] epacta I, anno VIII imperatoris romanorum Conradi [..]. Ego Durannus monachus ad vicem domni cancellarii, domno archiepiscopo Leodegario dictante atque mandante, scripsi, anno ordinationis eius VI nonas Novembris LX, feria IIII. Acta publice in sinodo Viennensi in presentia domni Leodegarii archiepiscopi et [..] (Giraud, Renault et Tock (éds.), Chartes originales, cit.,  n. 4026, Guérard, op. cit., n. 1064). La date pose un problème parce que la huitième année du règne de Conrad II devrait être comprise entre Mars 1034 et Mars 1035, ce qui ne correspond pas à l’epacte, qui n’est la 1ère qu’à partir de Septembre 1036 selon le calcul égyptien; le 5 Novembre n’etait pas un mercredi (feria IIII) en 1036, mais il est vrai que le jour est exprimé quatre lignes au-dessous de l’année; grâce à un autre document, nous savons que le  synode de Vienne a été célébré le 3 Novembre 1036, un mercredi. La date du règne dépendait donc du choix du chancellier de l’archevêque (George de Manteyer, «Les origines de la maison de Savoie en Bourgogne (910-1060)», Mélanges d’archéologie et d’histoire, 19 (1899), pp. 393-394). Un autre exemple d’auteurs utilisant différentes formules est celui de Johannes, moine de Ripoll et de Marseille, qui, au nom de l’évêque de Marseille utilise le style de la Nativité (Giraud, Renault et Tock (Eds.), Chartes originales, cit., N . 4217), tandis que dans un autre  document rédigé pour l’abbé de Saint-Victor il indique l’année, le mois et le jour avec le style de l’incarnation (ibid., n. 4251) et dans un autre le mois, le jour et l’année du règne de Philippe I  (Guérard, op. cit., n. 742).

[6] Anno ab incarnatione dominica millesimo LXV, indicione III, epacta XI, XIIII kalendas Iunii, luna VII. (Giraud, Renault et Tock (éds.), Chartes originales, cit., n. 4268).

[7] Simonetta Cerrini, «Urbano II beato», Enciclopedia dei Papi, Milano, Treccani, 2000,  http://www.treccani.it/enciclopedia/beato-urbano-ii_%28Enciclopedia_dei_Papi%29/; Guérard, op. cit., nn. 839 e 840.

[8] Guérard, op. cit., n. 220. Cette présence est cohérente avec ce que nous savons des déplacements d’Urbain II et de Daibertus. Daibertus suivi le pape dans son voyage  en Italie et en France pour “la croisade”. Urban II séjourna à Pise le 2 Septembre, le 10 et le 13 Octobre 1094 et Daibertus dû quitter la ville immédiatement après cette dernière date. Il  assistait aux conseils de Plaisance (Mars 1095) et Clermont (Novembre 1095), l’église de Saint Nicolas à Tarascon étant consacrée entre ces deux dates (Luigina Carratori e Bernard Hamilton, «Daiberto», Dizionario Biografico degli Italiani, 31 (1985) http://www.treccani.it/enciclopedia/daiberto_%28Dizionario-Biografico%29/).

[9] Guérard, op. cit., n. 848.

[10] En 1095, deux Pisans fondèrent en ville l’église de S. André et donnèrent le droit d’en élire le recteur au monastère de Saint-Victor de Marseille; en 1107 l’archevêque de Pise donna à l’abbaye, le monastère des douze apôtres, appelé “de collinis”. (Cinzio Violante, «La fondazione del priorato vittorino di S. Andrea in Chinzica e la riforma ecclesiastica in Pisa tra l’XI e il XII secolo», O. Banti et C. Violante (éds.), Momenti di storia medievale pisana discorsi per il giorno di S. Sisto, Pisa, Pacini, 1991, pp. 37–60, pp. 47-48;; Marco Stoffella,: «Nuove forme di raccordo politico nel comitatus di Pisa: il monastero dei Dodici Apostoli di Decimo e i suoi benefattori nella prima metà del secolo XI», Bollettino Storico Pisano, LXXII, pp. 147–168); en 1115, des Pisans décédés aux îles Baléares  sont enterrés dans le monastère de Saint-Victor ici rappelés par une epigraphe (Giuseppe Scalia, «Epigraphica Pisana. Testi latini sulla spedizione contro le Baleari dal 1113-1115 e su altre imprese antisaracene del secolo XI», Miscellanea di studi ispanici, VI (1963), pp. 268-269, ora anche in Ottavio Banti, Monumenta epigraphica pisana saeculi XV antiquiora, Pisa, Pacini, 2000, pp. 21-22).


Enrica Salvatori

Vedere Crediti Voir Crédits

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *