Le comte de Provence

francese

Les documents du Comte de Provence ont été publiés de manière non systématique par plusieurs auteurs [1].

Les rédacteurs des documents du Compte ne semblent pas organisés en chancellerie jusqu’au début du XIIe siècle et jusqu’au milieu de ce sièce – comme le fait remarquer J.-P. Poly – les comtes utilisaient pour leurs actes différents styles de datation  [2], probablement à cause des différences d’extraction et d’origine des rédacteurs. Pour la période suivante il existe l’édition –pas parfaite– de Fernand Bénoit, qui opte pour une forme mixte de registre-édition partielle qui ne permet aucun contrôle systématique sur les systèmes de datation.

La collection a été dépouillée seulement afin de vérifier les documents rédigés spécifiquement à Marseille ou à proximité ou pour les institutions et/ou personnalités de Marseille, mais le résultat de cette analyse rapide encouragerait à pratiquer une analyse plus systématique de toute la documentation du Comtes, qui met en lumière les écrivains, les chancelleries, les lieux et les modes de rédaction. En fait, parmi les actes d’Alphonse II (1185-1209) on peut en identifier au moins sept qui utilisent le style pisan, qui montent à neuf pour Ramon Berenguer V (1209-1245), la quasi-totalité rédigés à Marseille ou dans les alentours [3] et dans la période au cours de laquelle les notaires publiques de Marseille utilisèrent, comme nous allons le voir – seulement le style pisan.


[1]-H. Albanès,Transcription des actes des Comtes de Provence, des Comtes de Forcalquier et des Marquis de de Provence, 2. Vol., manuscrits aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône 26 F 40-41; J.-P. Poly, Catalogue des actes des Comtes de Provence, 945-1166, attaché à la thèse de doctorat en droit La société féodale en Provence du Xe au XIIe siècle. Contribution à l’étude des structures féodales dans le midi de la Gaule, Paris 1972; Bénoit (ed.), Recueil des actes.

[2] Poly, Catalogue des actes cit., p. IV.

[3] <1201 maggio 30, Marseille> (Bénoit n. 16, p. 15) copie du XVIIIe siècle, MCCIII kal. Iunii, indictione IIII, date certainement erronée. Benoit corrige MCCII III kal. Iunii indictione IIII, mais il pense à 1202 selon le style courant, pour l’utilisation de l’indiction génoise. Je pense que la correction de Benoit peut être acceptée, mais compte tenu le style pisan, parce que le document a été établi par un notaire public dans la ville de Marseille et le plus probable quelques jours après le document suivant. <1201 giugno, Marseille>discuté dans un autre article (Ibidem n. 17, p. 16); <1202 mars 21, Fos> (Ibidem n. 22, p. 24) MCCII, XII kalendas Aprilis, indictione V; <1202 mars 29, Brignoles> (Ibidem n. 23, p. 25) MCCII, indictione V, mense marcii, feria VI; <1202 décembre 28, in gradibus beate Marie versus Rodanum> (Ibidem n. 27, p. 28)  «1203, 28 décembre, ind. 6»; <1203 avril, s.l.> (Ibidem n. 34, p. 42) et <1203 avril, Aix> (Bénoit n. 35, p. 43) tous les deux MCCIIII indicione VI mense aprilis; <1209 août 21, in plano de Arisana [Drap]> (Ibidem n. 5, p. 90)  «1210, 21 août, ind. 12»; <1213 août 15, Marseille> (Ibidem n. 19, p. 100)  millesimo CCXIIII, indictione prima, XVIII kalendas septembris; <1217 avril 5, Aix> (Ibidem n. 29, p. 114) «1218, 5 avril, ind. 5»; <1217 mai 16, Marseille> (Ibidem n. 30, p. 115) «1218, 16 mai, ind. 5»; <1222 mai 2, Marseille> (Ibidem n. 67, p. 166)  anno Domini MCCXXIII indictione X secunda die mensis madiilaquelle est obtenue de la confirmation de 1224 janvier 25 (Ibidem n. 73, p. 171); <1223 février 12, Aix> (Ibidem n. 74bis, p. 171)  anno Domini MCCXXIII pridie idus februarii indictione XI. Enfin, ils sont aussi datés avec le style pisan, ainsi qu’il ressort du contenu, les documents nn. 32 e 33 (Marseille), 34 (Aix), pp. 116-119.

 


Enrica Salvatori

Vedere Crediti Voir Crédits

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *