XIe siècle

francese Ci-dessous le tableau des données des documents du XIe siècle.

Époque N° documents Non daté Insuff-autre Mois règne Exclus Incarn. invérifiables Pi+B Fi+B Pi+B o VG Fi+B o VG
1000-1019 86 16 3 14 2 41 2 0 1 7
1020-1039 201 57 11 10 1 92 6 0 5 19
1040-1059 282 101 7 9 3 111 29 2 2 18
1060-1079 188 84 5 9 2 55 20 1 1 11
1080-1099 64 14 2 5 34 3 0 0 6

Légende:

Pi+B: style pisan

Fi+B: style florentin

Pi+B o VG: style pisan OU incarnation vulgaire

Fi+B o VG: style florentin OU incarnation vulgaire

Les mêmes données peuvent être appréciés dans un graphique où les valeurs sont exprimées en pourcentage (cliquez dessus pour mieux voir)

Schermata 05-2456439 alle 10.50.40

Considérations:

  1. Sont en pourcentages très élevés les documents sans aucune indication chronologique. Au milieu du XIe siècle, nous avons des valeurs comprises entre 36% et 45%. Même si une partie de ces documents peut être attribuée à la pratique des copistes, les valeurs sont encore très élevés et indiquent, à mon avis, une société encore très rurale, peu ou pas insérée dans les circuits commerciaux. Le chiffre diminue en effet considérablement au cours du  siècle XIIe et va presque à disparaître au XIIIe siècle.
  2. Au début du XIe siècle, il ya beaucoup de documents qui n’utilisent pas le système de l’incarnation, et il ya d’autres indications chronologiques, souvent le mois et le nom du roi (facta donatio ista mense decimbrio, regnante Rodulfo, rege Alamannorum sive Provintie / facta donacio vel emendacio ista in Aquis civitate, VIII idus marcias, regnante Rodulfo rege), mais progressivement cette utilisation tend à diminuer en faveur de l’incarnation.

grafico2fr

  1. Pour de nombreux documents, même s’ils déclarent l’année avec le style de l’incarnation, il n’était pas possible de vérifier entièrement le style de la datation. Souvent, l’auteur déclare génériquement l’année et le nom du rois en charge, parfois même en spécifiant l’indiction, mais sans déclarér les années du règne, ou le jour, ou le mois, ou d’autres informations utiles pour déterminer la date exacte de rédaction.

  2. Pour ce qui concerne le style adopté est évident que les différents styles cohabitent. Ainsi, vous trouverez à la fois le style pisan
    Facta donatio haec anno incarnationis dominice millesimo XVIIII, indicione I, regnante Rodulfo, rege Alamannorum sive Provincie
    et le style florentin
    Facta donatio hec anno incarnationis dominice millesimo XVIIII, indicione III, regnante Rodulfo rege Alamannorum seu Provincie.

  3. Cette variété n’est pas surprenante. L’utilisation de styles différents est en effet acceptable au sein d’une institution, comme le monastère de Saint-Victor de Marseille, qui avait possessions dispersées dans différents comités et probablement documents rédigés par écrivains de différentes traditions. Les moines du monastère avaient une origine différente, ils avaient été éduqués dans d’autres monastères et ensuite ils utilisaient différentes façons de datation, et – comme j’ai dit dans un autre billet – de nombreux documents n’ont pas été rédigés à Marseille et ils peuvent  refléter usages différents.

  4. Toutefois, la variété peut être en partie réduite par le recours à une troisième option. Je crois que jusqu’à présent, les savants ont été induits en erreur par l’hypothèse que la formule ab incarnacione faisait allusion toujours au 25 Mars,  en référence ou au style florentin ou a le style pisan; l’hypothèse que pouvait être utilisé l’incarnation vulgaire – qui coïncidait plus ou moins avec le style de la nativité et de la circoncision – n’a jamais été prise en compte. La variété dans les systèmes de datation est inférieure en pensant justement à l’utilisation de l’incarnation vulgaire, qui élimine la contradiction apparente dans le 18% des actes  (dans le graphique ci-dessous la barre jaune indique les actes qui pourraient attester l’incarnation vulgaire).Grafico3

    5. Aucun acte du XIe siècle montre l’utilisation de l’incarnation florentin en conjonction avec l’indiction de Gênes, qui doit donc être catégoriquement exclue, même en tenant compte de l’utilisation répandue de l’incarnation vulgaire avec l’indiction de Bède. En fait, si c’est acceptable pour une institution et une région géographique limitée l’utilisation de deux styles différents de l’incarnation, je ne peux pas comprendre comment ils pouvaient être utilisèes ensemble deux indictions différentes.À mon avis, ces données, ainsi que celles du XIIe siècle, excluent la association proposée par Benoit.


Enrica Salvatori

Vedere Crediti Voir Crédits

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *