La base documentaire

francese

 Pour des raisons purement logistiques (je vis en Italie et me rendre aux archives à Marseille est compliqué et coûteux) je me suis concentrée sur l’analyse (systématique autant que possible) des documents du XIe et XIIe siècle qui ont été publiés, avec quelques vérifications sur les parchemins originaux. Quant à la documentation du XIIIe siècle, j’ai considéré les éditions et les documents originaux, sans être en mesure de faire un recensement systématique. Heureusement la question de la datation des documents du XIIIe siècle à Marseille n’exige pas que tous les parchemins soient systématiquement examinés. En effet, il suffit d’approfondir la recherche sur quelques moments particulièrement problématiques et il suffit d’observer avec attention les parchemins écrits par ordre des représentants de la Commune ou ceux qui ont la ville de Marseille parmi les entités mentionnées dans le parchemin lui-même. Les éditions consultées sont répertoriées dans la page des sources. Les documents dont la datation est vérifiée sont ici.

De toute évidence, ce n’est pas un corpus homogène et il est nécessaire d’expliquer certaines observations.

  • Pour les Xe et XIe siècles presque tous les documents proviennent du Cartulaire de Saint-Victor de  Marseille, en particulier du “grand cartulaire,” qui a été composé par les moines du monastère à la fin du XIe siècle (Zerner).  Sur  cette composition, plusieurs moines ont travaillé, pas tous nécessairement actifs, dans le scriptorium du monastère. Il n’est pas toujours possible (souvent impossible en fait) de dire si le document copié a été rédigé à Marseille ou en un autre lieu: en fait seulement environ 10% des actes renseignent  sur le lieu de leur écriture et nous avons très peu d’actes dans lesquels est  cité le nom de     l’écrivain. Cependant, la qualité littéraire de nombreux préambules, la forme élaborée de clauses de pénalité suggèrent que de nombreux actes étaient parachevés dans le monastère par des moines experts (Zerner).  Souvent, les copistes du «grand cartulaire», cependant, ne  copiaient ni  le préambule ni le nom du scribe, et  parfois ils  ne transcrivaient même la date et n’intervenaient pas non plus sur l’orthographe des noms propres.

  • Malgré ces divergences entre la copie et l’original, et la difficulté d’intégrer pleinement chaque acte dans le cadre de la production, l’analyse a  cependant inclus dans la base de documents presque tous les actes du cartulaire pour le XIe siècle, excluant les documents pontificaux et incluant les  actes plausiblement écrits ailleurs qu’à Marseille. Dans ces cas-là, en effet, dans le protocole final, on lit souvent que la rédaction a été réalisée sous les ordres de l’abbé de Saint-Victor et/ou par un moine du même monastère: ce qui suggèrr  l’utilisation d’un système de datation accepté par l’institution monastique. En plus des documents du cartulaire de Saint-Victor, ont même été pris en compte les parchemins originaux, appartenant au même monastère, publiés par Paul Amargier,  et récemment publiés aussi en ligne, par une équipe de chercheurs, au sein du projet Telma.

  • En ce qui concerne le XIIe siècle, les  choses deviennent plus compliquées. Outre le cartulaire de     Saint-Victor, ont été pris en considération tous les documents du  cartulaire du chapitre de la cathédrale de Marseille (Livre Jaune), écrit au  XIIIe siècle, avec des copies effectuées  de 1119 à 1263, ainsi que de nombreux parchemins originaux, tirés des archives départementales et municipales, mais non étudiés     d’une façon systématique. Plusieurs documents des cartulaires ont été exclus, car de toute évidence rédigés  par entités n’étant  pas basées à  Marseille, comme la cour pontificale, la municipalité, l’archevêque de Pise ou les juges Sardes. En fait, la base de données pour le XIIe  siècle est essentiellement composée  de documents rédigés par quatre institutions de Marseille: le monastère de Saint-Victor, l’évêque, le chapitre de la cathédrale et les vicomtes.

  • Un autre problème sont les documents rédigés à Marseille par le  Comte de Provence, problème examiné dans un autre carnet.

  • Il faut également noter que  jusqu’au XIIe siècle, il n’était pas possible de diviser les  documents par  institutions de production.  Les notaires apparaissent dans le Sud de la France dans le milieu du  XIIe siècle, mais la preuve de leur présence permanente aux côtés du Comte ou du vicomte ou de l’évêque est souvent même plus tardive [1].

  • Il  faut  préciser que  l’analyse est limitée,  pour chaque document, à la méthode de datation avec le classement  du lieu de rédaction, de l’auteur et de l’objet, et ne couvre pas les autres importants aspects, tels que le type d’écriture (pour les documents originaux), la forme de l’invocatio ou de l’intitulatio ou même les différentes parties du protocole final. Je suis convaincue que ce genre d’analyse, menée en parallèle sur les cartulaires et sur les parchemins originaux, est extrêmement utile pour comprendre le “système de documentation”  de la société de Marseille au Moyen Age et surtout les pratiques documentaires de l’église de Marseille, du monastère de Saint-Victor et des curie vicomtales, qui sont encore largement inconnues, surtout compte tenu de  l’attestation tardive (seconde moitié du XIIe siècle) des notaires.

  • L’analyse n’est pas encore terminée: veuillez donc considérer ce qui suit est tout à fait provisoire.


[1] Franck Brechon, ‘Notariat et régions méridionales (XIIe-XIIe siècles)’, in ‘Notariat et régions méridionales (XIIe-XIIe siècles)’, Comprendre le XIIIe siècle”, études offertes à Marie-Thérèse LORCIN (Lyon, 1995) pp. 161–172.

 


Enrica Salvatori

Vedere Crediti Voir Crédits

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *