Le style pisan dans le Midi

francese

L’utilisation du style pisan en Provence a été étudié en 1956 par Charles Higounet, dans un essai où l’auteur conteste habilement l’hypothèse, bien accueillie par Giry et par d’autres paléographes et diplomates des XIXe et XXe siècles, qu’au Moyen-Age le style pisan soit resté limité à la Toscane.

Mis à part un document romain de 888, qui laisse des doutes sur le style de la datation, le plus ancien exemple de l’utilisation du style pisan serait en Provence, un diplôme de Louis III de Provence, dit l’Aveugle, écrit en Villa Strangiata et daté anno incarnationis dominicae DCCCXCVI, indictione XIIII, anno quinto regnante Ludovico glorioso rege [1]: depuis que Louis commença à régner dans l’automne de 890, sa cinquième année de règne occuperait la période entre l’automne 894 et l’automne 895 et donc pas de 896. Étant donné qu’en 895 l’indiction romaine était la XIIIe, il faut supposer que le diplôme ait été élaboré après le 8 ou le 24 septembre 895 et cela (je pourrais ajouter) signifie que nous pouvons absolument exclure l’indiction génoise.

De plus Higounet cite une carte de Rostaing, archevêque d’Arles,  datée du dimanche 6 Juin 897, indiction 14e, que nous devons dater du 6 Juin 896.

Les deux documents semblent lier l’adoption du style pisan de l’incarnation à la mise en place du roi Louis III en Provence. En fait, il faut ajouter qu’en Italie sont datés par le calcul Pisan deux actes de Hugues de Provence (ou d’Arles) écrites par le chancelier Gerlannus en février 927 et en mai 928 [2]. Même si vous nous ne pouvons pas, avec seulement ces données, soutenir l’origine provençale du style pisan, il s’agit d’exemples qui, comme Higounet le dit,  posent ce style à l’extérieur de la Toscane avec certitude.

Ici, selon l’étude de Picotti, les premiers exemples semblent provenir de Lucca (Lucques) at de Mugello en 925 et de Pise en 986, mais pour tout le XI siècle et encore au début du XIIe à Pise on utilise le style soit de l’incarnation soit de la nativité. Seulement en 1139, le calcul est définie comme mos Pisanus en opposition au calcul de Florence. Dans tous les cas, l’utilisation est également attestée ailleurs, selon Cappelli à Bobbio, Corneto (VT), Lucques, Padoue, Piombino, San Miniato al Tedesco.

Le style pisan, cependant, est également utilisé à Rome, entre la fin du XIe siècle et la première moitié du XIIe: rarement  sous Alexandre II et Grégoire VII, il était plutôt très populaire auprès d’ Urbain II, Pascal II, Gélase II, Calixte II et Honorius II (1088-1130). Il s’agit de papes qui sont bien connus par les savants de l’histoire de Pise au Moyen Age, pour l’influence qu’ils ont eu dans les affaires de la cité. Higounet note, cependant, que même parmi les papes qui sont le plus attachés au calcul de Pise, Urbain II et Calliste II, il ya quelques particularités intéressantes. Par exemple,  les actes de Urban II ont été écrits lors de son voyage au Languedoc en 1096 avec la datation de Pise.

Enfin, il ya une précieuse attestation catalane, appartenant à la même période où ce style de datation est attestée pour la première fois à Pise: il s’agit d’un document qui rappelle la prise de Barcelone par al-Mansur en juillet 985, daté anno Domini DCCCCLXXXVI, imperante Leuthario XXXI anno, die kalendas iulii, IIII feria, a Sarracenis obsessa est Barchinona [3]. Les sources musulmanes en effet indiquent  le 985 comment l’année du siège, et cela s’accorde avec l’année du règne de Lothaire et le jour de la semaine.

Ces documents confirment  que le style pisan de l’incarnation avait, entre le Xe et le XIe siècle, une propagation spatiale beaucoup plus large que celui de la Toscane; ils nous conduisent à penser que Pise a accueilli tard ce style et grâce à des mécanismes qui sont encore à étudier. Higounet va même jusqu’à supposer que l’utilisation peut avoir eu une première zone de  propagation en Provence et que les chancelleries provençales popagèrent l’utilisation du style du Midi vers l’Italie du Nord au Xe siècle. Pisa aurait adopté comme «propre» ce style plus tard, c’est à dire lorsque la quasi-totalité des communes du Royaume d’Italie ont montré la tendance à se démarquer les uns des autres dans la méthode de datation.

En tout cas, comme l’a souligné Charles Higounet, entre la fin du XIe et le début du XIIe  le style pisan semble être répandue particulièrement dans les pays du Languedoc et de la Provence, bien que la chose vient d’études localisées et, malheureusement, par un petit nombre de documents, ceux qui ont les éléments nécessaires pour vérifier la date.

D’autres essais qui citent des documents  provençaux avec l’utilisation du style de Pise sont Capdevielle (1924), Garrigues (1941), Rouillan-Castex (1969) [1] Recueil des actes des rois de Provence (855-928), ed. R. Poupardin, Paris 1901, p.j., II, pp. 406-407.

[2] I diplomi di Ugo e Lotario, di Berengario II e di Adalberto, ed. Luigi Schiapparelli,Roma, 1924, VII, pp. 23-25 e ***.

[3] Grau, Á.F. e Barcelona, C. de, Diplomatari de la Catedral de Barcelona: documents dels anys 844-1260, Arxiu Capitular de la Catedral de Barcelona 1995, n. 172.


Enrica Salvatori

Vedere Crediti Voir Crédits

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *