L’indiction de Gênes: diffusion

francese

 Il n’existe pas d’étude sur l’utilisation de l’indiction Génoise en Languedoc ou en Provence. Mais nous devons aussi comprendre la diffusion de cette modalité de datation dans la région de Gênes, afin de déterminer s’il est possible que cela se soit propagé dans le Midi.

Selon les derniers écrits de Marta Calleri  l’affirmation de l’indiction de Gênes, à Gênes même, depuis le Moyen-Âge  arrive dans un contexte politique et économique particulier. Dans la ville ligure pendant la première moitié du XIe siècle, les documents sont datés en recourant principalement aux années de l’empire et de temps en temps à l’ère chrétienne, utilisée surtout lors des transitions entre les règnes d’empereurs, c’est-à-dire les vacances impériales. Le passage et l’usage du calendrier chrétien se sont généraliés à peu près après la mort d’Henri III (5 Octobre, 1056) par analogie avec ce qui se passait dans d’autres villes du nord de l’Italie, où la vacance prolongée de l’empereur  et la querelle des Investitures accélérèrent à la fois le processus de l’autonomie communale et le détachement d’un mode de datation de plus en plus désuet. Selon Marta Calleri à Gênes l’émergence particulière d’un cycle de l’indiction doit être considérée en relation avec le développement de la municipalité: l’utilisation généralisée de l’indiction génoise est liée à l’expansion politique et économique de Gênes et à la nécessité de se distinguer des villes concurrentes aussi dans l’écriture des documents.

Dans la seconde moitié du XIIe siècle à Gênes, on utilise le style de la nativité (en commençant au 25 décembre) en association avec l’indiction génoise, même si la formule ab incarnacione reste présente, mais seulement de temps à autre, dans certains documents de cette seconde moitié du XIIe siècle. L’utilisation de la nativité avec l’indiction génoise est progressivement étendue au territoire sous la domination génoise, mais ce domaine n’est jamais “directement” le Midi, où l’on peut seulement voir une prépondérance commerciale générique. Dans tous les cas, une telle influence pourrait n’être datée qu’au plus tôt à la deuxième moitié du XIIe siècle, tandis que  les documents problématiques, dans le Midi, présentent des datations s’étalant entre le Xe et le XIe siècle.

Donc, il ne semble pas possible de faire valoir l’influence génoise sur le Midi dans le système de datation par rapport à la prétendue distribution de l’indiction homonyme.


Enrica Salvatori

Vedere Crediti Voir Crédits

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *