Arthur Giry

 francese Lorsque nous avons à résoudre certains problèmes de datation, en Italie, nous utilisons le texte de Adriano Cappelli; en France, on parcourt habituellement l’œuvre d’Arthur Giry, auteur d’un fondamental Manuel de diplomatique. Il ne fait, toutefois,  aucune mention de sources spécifiques qui combinent le style florentin avec l’indiction génoise, même lorsqu’il traite spécifiquement le sud de la France. En effet, dans le chapitre consacré à l’indiction, il indique clairement que l’indiction, plus couramment utilisée dans le Midi, était celle de Béde (ibid., p. 99), tandis que celle de Gênes est d’abord uniquement documentée à Gênes au XIIIe siècle. Concernant le style de l’Incarnation en France et plus particulièrement dans la Provence, Giry soutient l’utilisation du style florentin. Quant au style pisan, l’auteur déclare qu’il s’agit d’une façon  tout à fait exceptionnel de compter les années, même lorsqu’il est utilisé à l’extérieur de Pise, notamment dans certaines villes de la Toscane et dans la chancellerie papale du XIIe siècle (ibid., p. 107-108).

Citation des pages 122-123 de l’édition du 1925 (sur Gallica).

La diversitédes usages n’est pas moins grande dans le Midi de la France que dans les autres régions. En Provence, Schermata 05-2456414 alle 22.17.31du XIe au XIIIe siècle, l’année commença tantôt au 25 décembreet tantôt au 25 mars, ainsi que le rapporte Gervais de Tilbury, maréchal d’Arles (1191-1211); à Avignon on parait avoir préféré, du moins au commencementdu XIIIe siècle, le style de Noël. A Arles, au contraire, on semble avoir suivi le style de l’Annonciation. Le gouvernement des princesangevins de la maison de France introduisit, au milieu du XIIIe siècle, en Provence, l’usage du style de Pâques. Dans le Languedoc, les styles de Noël et de l’Annonciation, employés au moins depuis le XIe siècle, furent remplacés par le style de Pâques, dont on trouve de nombreux exemples depuis le XIIIe siècle et qui se généralisa au XIVe. A Toulouse l’année commençait au 25 mars; on en a des exemples certains pour les années 1197, 1199, 1204, 1225, et jusque sous Alfons ede Poitiers, mais alors on employait concurremmen tle style de Pâques, introduit probablement en Languedoc par Simon de Montfort. Le dominicain Bernard Guy, qui passa la plus grande partie de sa vie en Languedoc, commençait encore l’année au 25 mars. A Narbonne, l’année commençait au 25 décembre, et cela durait encore à la fin du XIIIe siècle. Il en était de même dans le pays de Foix au XIIe siècle. Le style de Pâques, dont, d’après dom Vaissète, il y aurait des exemples en Languedoc depuis le XIe siècle, mais dont on ne saurait citer de preuves certaines avant l’époque de la croisade albigeoise, se répanditau XIVe siècle; il fut adoptépar le parlement de Toulouse (créé en 1302) et ne fut remplacéparle style du 1er janvier qu’à partir de 1561. En Roussillon et en Catalogne l’année commençait à l’Annonciation à la fin du XIIe et au XIVe siècle, d’après une prescription du concile de Tarragone de 1180. Le 16 décembre 1350,  Pierre d’Aragon, dans une pragmatique adoptée en 1351 par les cortès réunies à Perpignan, prescrivit de commencer dorénavant l’année au 25 décembre. Cet usage se généralisa, et jusqu’à la veille de la Révolution, certains notaires du Roussillonne cessèrent de faire commencer l’année à la Noël.

 


Enrica Salvatori

Vedere Crediti Voir Crédits

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *